Accueil > IFSI - Nos formations > IFSI (Institut de formation paramédical) > Formation auxiliaire puéricultrice

Formation auxiliaire puéricultrice

L’auxiliaire de puériculture réalise, sous la responsabilité l’infirmier ou de la puéricultrice, des activités d’éveil et d’éducation. Il / elle dispense des soins d’hygiène et de confort pour préserver et restaurer le bien-être et l’autonomie de l’enfant.

Le concours AUXILIAIRE DE PUERICULTURE ouvrira le 16 octobre 2017. Clôture du concours le 20 décembre 2017.
Pour vous inscrire au concours, cliquez sur le lien suivant : http://ch-eureseine.pgfss.fr
La formation en cursus partiel s'adresse aux BAC PRO SAPAT ou BAC PRO ASSP, ainsi qu'aux autres dispenses (DEAS, DEAVS, MCAD, DEAMP).
Son rôle

Dans une maternité ou un centre hospitalier, l'auxiliaire de puériculture donne les soins courants aux nouveau-nés ou aux enfants en bas âge. Il surveille leur courbe de poids et de température, veille à leur hygiène, prépare les biberons. Il accompagne aussi la maman dans son apprentissage des soins au bébé. Enfin, c'est lui qui assure l'entretien de la chambre de l'enfant et du matériel utilisé.

Dans une crèche, le rythme de l'auxiliaire de puériculture suit celui des enfants. Il veille à leur hygiène et à leur alimentation, apprend l'autonomie aux plus grands. L'organisation de jeux et d'activités d'éveil constitue un autre pôle important de son travail. Il permet de développer la socialisation de l'enfant avant son entrée à l'école.

Ses compétences

Patience et douceur

Pour exercer ce métier, aimer les tout-petits n'est pas un critère suffisant. Patience, disponibilité et douceur sont requises pour travailler toute la journée avec des enfants en bas âge. De même, une bonne santé et un solide équilibre psychologique sont nécessaires pour s'investir dans ce métier.

Dynamisme et autorité

Pour proposer et mener à bien des activités éducatives, l'esprit d'initiative, le dynamisme et l'autorité sont les bienvenus. L'imagination et les aptitudes à l'animation doivent être complétées par un grand sens des responsabilités, une rigueur et une attention de tous les instants. La vigilance de l'auxiliaire de puériculture est en effet constamment sollicitée !

À l'écoute des parents

Le contact avec la famille reste important au quotidien. Dans l'intérêt de l'enfant, l'auxiliaire de puériculture reste soucieuse d'entretenir une relation satisfaisante avec la famille. Sa bienveillance l'aide à jouer un rôle de soutien auprès des parents. Par ailleurs, elle participe de plus en plus à l'accueil et à l'intégration sociale d'enfants handicapés ou atteints de maladies chroniques.

Débouchés :

Sur les 60 000 auxiliaires de puériculture, 99 % sont des femmes. Les débouchés diffèrent selon la région, le type de structure ou de service. Les opportunités d'emploi sont moins nombreuses en province. Dans les crèches et les haltes-garderies, les auxiliaires de puériculture sont en concurrence avec les assistantes maternelles. Néanmoins, certains secteurs deviennent porteurs. Par exemple, les soins à domicile ou les services de néonatalogie (étude et traitement des maladies du nouveau-né...).

Après 3 ans d'expérience dans le secteur hospitalier ou médico-social, l'auxiliaire de puériculture peut se présenter au concours d'entrée des Ifsi (instituts de formation en soins infirmiers) pour préparer le diplôme d'État d'infirmier. Elle bénéficiera alors d'une épreuve de culture générale adaptée et de places réservées au sein des centres de formation. Elle peut également se présenter au concours d'entrée des écoles d'éducateurs de jeunes enfants ou devenir aide-soignante après une formation adaptée.

Source : site internet de l’Onisep : http://www.onisep.fr/Ressources/Univers-Metier/Metiers/auxiliaire-de-puericulture/

Formation et stages - Vous n'avez pas le droit de voir cet objet.